Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 01:52
A Mazunte, très belle plage sauvage - mais envahie par les touristes amateurs de sensations en tous genres - nous avons perdu notre appareil photo amphibie, affectueusement surnommé Playschool...

Nous avions confié notre joujou au SAV Canon pour un problème de microphone --- et l'appareil a été suffisamment mal remonté pour prendre l'eau à sa première immersion !

Voici tout de même deux photos sauvées des eaux... Vous aurez ainsi une idée rapide de la plage de Mazunte et de ses naïades...

M Mazunte 02
M Mazunte 01


Partager cet article

Repost0
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 05:10
joyeux noel
Noël au Mexique, au sommet d'une pyramide... Des souvenirs pour une vie !
Aujourd'hui plus que jamais nous pensons à vous tous, qui avez permis la réalisation de cette belle aventure...

Merci !

Partager cet article

Repost0
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 01:01

Ne cherchez pas d’analogie avec la célèbre pièce de Shakespeare, ce n’est pas un jeu de mots : le 23 décembre, à Oaxaca, a réellement lieu la noche de rábanos, ou nuit des radis…

Sur le zócalo, des tables sont installées et les participants créent des personnages avec de gigantesques radis roses.

Une tradition étrange qui a lieu chaque année depuis 112 ans et qui tire son origine d’un marché que les indigènes des barrios (quartiers) de La Noria et Cinco Señores tenaient à la veille de Noël dans le centre de la ville.

Chaque participant change son stand en véritable théâtre et crée une histoire dont les héros sont des radis ! Nos yeux vont de surprise en surprise – nous avons été séduits !

Une petite sélection ci-dessous :

- une crèche et un arbre de Noël ;

M Oaxaca Rabanos 02
- une piñata ;

M Oaxaca Rabanos 01
- des buñuelos, une spécialité essentiellement mangée pour les fêtes, qui rappelle un peu nos bugnes mais au format d’une grande crêpe et trempées dans du miel ;

M Oaxaca Rabanos 03
- une vendeuse de chorizo et de carne ;

M Oaxaca Rabanos 06
- des maraîchères ;

M Oaxaca Rabanos 10
- plus local : l’arbre de Tule, multicentenaire et d’une circonférence de plus de 50 mètres ;

M Oaxaca Rabanos 05
- le dia de los muertos ;

M Oaxaca Rabanos 04

- vous devriez reconnaître le thème suivant ;-)

M Oaxaca Rabanos 09
- celui-ci aussi…

M Oaxaca Rabanos 07

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 16:38
Le mois de décembre approche doucement de sa fin – et notre voyage au Mexique s’apprête à faire de même… Une chose est certaine : nous passerons les fêtes de fin d’année entre Oaxaca, où nous nous trouvons actuellement et les plages du Pacifique. Nos premières fêtes passées en T-shirt et maillot de bain !

Nous continuons de profiter de nos visites même si, ces jours-ci, nous ressentons davantage le besoin de passer du temps avec nos hôtes que dans les musées. Nous regrettons d’ailleurs de n’avoir pu trouver personne à Oaxaca pour nous héberger. Certainement qu’en ces temps de fêtes, le facteur humain nous manque plus… Nous penserons bien à vous tous – pendant que nous prendrons le soleil sur une belle plage sauvage ;-)

M Puebla Rencontres Marjorie Alonso 01
Merci en tous cas à Marjorie et Alonso qui nous ont si bien accueillis à Puebla !

Même sans le froid, la magie de Noël agit aussi ici, de ce côté du monde. Les marchands proposent des crèches décorées de mousse et d'orchidées ;

M Oaxaca Creche 01
M Oaxaca Creche 02
M Oaxaca Creche 03
Les femmes achètent leur dinde - vivante - au marché et terminent ensuite leurs courses une main occupée par le volatile...

M Oaxaca Tlacolula 01
Les rues sont décorées et les fêtes populaires battent leur plein. En dernière date, la fête de la Vierge de la Guadalupe le 12 décembre. Nous attendons ces prochains jours à Oaxaca une fête avec danse des plumes et une exposition de natividades (ou crèches) sculptées dans des radis…

Ici, à notre grand étonnement, Noël rime avec piñatas. Personnellement, nous imaginions que ces décorations étaient le bouquet final de fêtes bien arrosées, quelles qu’elles soient. Et bien non ! Lors de notre séjour à DF, nous avons visité un taller (atelier) de papier mâché : l’objet le plus commandé en cette saison est une piñata.

M Oaxaca Etla Pinata 01
La forme la plus populaire de ces décorations me rappelle les mines que les Allemands sèment sur les mers dans les films de guerre : une sphère d’où partent des picots. La version mexicaine est bien sûr moins nocive – quoique, avec les friandises cachées dedans certains peuvent souffrir de crise de foie – et beaucoup plus colorée.

Partout dans les rues, des piñatas : les guirlandes électriques dans les rues dessinent des formes de… ; les décorations des sapins de Noël sont en forme de… – vous avez deviné ! Aux feux de circulation, dans la rue, sur le chemin entre son travail et son domicile : partout des piñatas à la vente et achetées. De toutes les tailles, de toutes les couleurs.

M Oaxaca Etla Pinata 02
M Puebla Pinata 01
Même au Musée d’Art Populaire de DF, l’exposition temporaire du mois de décembre présente des… piñatas. Un véritable catalogue des traditions mexicaines...

M DF Pinata 04
- l'apparition de la Vierge de Guadalupe,

M DF Pinata 02
- les voladores de Papantla, qui se lancent du haut d'un mât, pour descendre lentement suspendus par un pied...

M DF Pinata 05
- une sirène, image très populaire au Mexique...

M DF Pinata 03

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 01:59
L’occasion d’apprendre qu’au Mexique, les jours fériés sont laïcs : le 12 décembre, consacré à la Virgen de Guadalupe, est un jour presque toujours chômé sans être pour autant un jour férié officiel… Un grand pourcentage d’entreprises fermées, les employés / ouvriers en congé – ou bien accompagnant leur employeur à la messe !

Bien évidemment, c’est le 12 décembre que nous avons choisi pour aller à la découverte des ateliers de poterie dans les environs de Puebla… Nous sommes rentrés les mains vides mais nous avons pu découvrir quelques belles églises – et Etienne a eu l’immense privilège de déguster un whisky-coca à 10 heures du matin avec des pèlerins en route pour DF.

Nous avions déjà pu prendre la mesure du « phénomène Guadalupe » à notre retour du volcan Itza… Sur la petite route de montagne, un cortège sans fin de pèlerins, sac au dos ; des campements de fortune où se restaurer et se reposer ; chacun porte en plus de son barda l’image encadrée de la Vierge de Guadalupe. Pour ouvrir et fermer la marche, des camions proclamant fièrement sur des banderoles le point de départ du pèlerinage. Parfois plusieurs jours de marche pour atteindre le sanctuaire de la Guadalupe, dans les quartiers nord de la capitale.

M Ixta 01
D’autres indices de ce grand évènement : sur les autoroutes, des files de pèlerins marchant sur la bande d’arrêt d’urgence ; dans les églises, les autels à la Vierge de la Guadalupe sont encore plus fleuris qu’à la normale – nous n’aurions pas imaginé cela possible… Une débauche de fleurs, le parfum du lys est palpable dans l’air.

M Puebla Acatepec 01
A Puebla, dans une église consacrée à la Guadalupe, des offrandes de toutes les couleurs envahissent les voûtes et les coupoles… Des ballons, quelle idée ! Toujours cette dimension festive de la religion si inhabituelle pour nous…

M Puebla 01

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 01:07
Vos serviteurs ne vous ont pas tellement tenu au courant de leurs faits et gestes ces derniers temps, mais pour une bonne raison : nous sommes en entraînement-commando pour gravir le très peu connu volcan Ixtaccíhuatl, voisin du – plus connu – Popocatépetl, tous deux situés entre les villes de Puebla et Mexico.

M_Ixta_19.jpg
Depuis que nous avons commencé notre voyage, si par malheur Marion prononce le mot « volcan », ma réponse est immédiate et sans appel : je veux monter !!! Bilan : promenade sur un vieux et petit volcan gardien du lac de Patzcuaro ; randonnée équestre sur le plus jeune volcan du monde, le Paricutin ; vaine recherche parmi les nuages du volcan San Martin et enfin récente ascension du volcan Ixtaccíhuatl qui culmine à 5220 mètres.

M Ixta 18
Avant de commencer le récit de nos exploits, un peu de culture, voici la légende de ces deux volcans :

Dans la mythologie aztèque, Popocatépetl est un guerrier amoureux d’une princesse appelée Ixtaccíhuatl. Le père d’Ixtaccíhuatl envoie Popocatépetl tuer un ennemi de leur tribu en lui promettant la main de sa fille s’il revient, le père pensant que c’est impossible. Popocatépetl s’en va, et quand on affirme à Ixtaccíhuatl qu’il est mort, elle meurt de chagrin. Vous imaginez bien qu’en fait Popocatépetl n’est pas mort ! Quand il revient, il meurt lui aussi de chagrin en apprenant la perte de sa bien-aimée. La légende ajoute que les dieux recouvrirent leurs corps de neige et les changèrent en montagnes. Ixtaccíhuatl fut appelée « femme endormie », à cause de sa ressemblance avec un corps de femme allongé. Popocatépetl devint le volcan du même nom, faisant pleuvoir le feu sur terre, mis en rage par la mort de sa bien-aimée.

Fin de la parenthèse… Passons aux choses sérieuses : lundi matin nous retrouvons notre guide dans le village d’Amecameca au pied des volcans. Une petite heure de voiture nous permet de rejoindre un refuge à environ 3900 mètres, afin de nous familiariser avec l’altitude. Pour cela, au programme de la journée : balade, sieste sur un rocher chauffé par le soleil et découverte de la flore et la faune locale - comme dans la mer, mais ici ce ne sont pas les poissons qui volent...

M Ixta 13
M Ixta 14
M Ixta 15
Pour couronner cette agréable journée, un magnifique coucher de soleil. Je ne résiste pas à la tentation de mettre deux photos pour le prix d'une. Les votes sont ouverts ! Laquelle est la meilleure ?

M Ixta 16
M Ixta 09
M Ixta 12
Le lendemain matin, tout aussi parfait, sauf que le soleil se lève. Admirez au lointain les volcans La Malinche et le Pico de Orrizaba, émergeant de la brume...

M Ixta 11
En milieu de matinée, départ pour un autre refuge située à 4730 mètres, une ascension de 800 mètres pour une distance d’à peine 3 kilomètres. Très vite nous sommes ramenés à la réalité : on ne marche pas de la même façon à ces altitudes. Des petits pas de la longueur d’une chaussure sont un grand maximum afin de pouvoir se déplacer sans étouffer ou mourir épuisé.

M Ixta 10
M Ixta 06
M Ixta 07
A 4200 mètres rares sont les traces de vie qui subsistent, un peu de mousse et une coccinelle visiblement perdue.

Après 3h30 de marche nous arrivons au refuge, vidés et écrasés par la version mineure mais douloureuse du mal des montagnes (migraines et nausées).

M Ixta 03
L’après midi s’écoule, nous nous reposons et attendons que le soleil se couche. A 18 heures, dîner – enfin une soupe instantanée ; à 19 heures, dodo. Et oui !!! Demain réveil à 2 heures du matin afin d’arriver au sommet du volcan pour le lever du soleil.

Bien avant l’aube, quelle bonne surprise ! Si la veille, le chemin nous avait paru difficile, ce matin la marche est bien souvent plus proche de l’escalade que de la marche.

M Ixta 05
Après 2 heures d’ascension, nous arrivons au premier genou de madame Ixtaccihuatl à 5010 mètres.

Vue superbe sur les villes de Puebla et Mexico éclairées de millions de bougies – car si vous avez suivi, il fait encore nuit à 4h30 du matin...

M Ixta 17
Un seul problème, je suis atteint du mal des montagnes et sommes contraints à rebrousser chemin. Je suis désolé, votre humble serviteur a fait tout ce qu’il pouvait mais il manquait encore 2 ou 3 heures de marche jusqu’au sommet, et après il y a le retour !

Si l’ascension nous a paru bien longue, la descente a paru bien davantage, notamment pour nos petits genoux qui ont beaucoup souffert.

Malgré tout cela, nous avons été séduits par notre première expérience en haute montagne. A renouveler !

M Ixta 08

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 23:05

Depuis plus d’une semaine, nous coulons des journées tranquilles chez nos amis Liliana et Juan à DF. Ce qui ressemblerait le plus à des vacances dans nos déjà plus de 5 mois de périple : lever tard, une petite excursion dans la capitale, un film et la préparation d’un dîner français pour accueillir nos hôtes à leur retour du travail, quand nous n'allons pas déguster de délicieux tacos al pastor au bas de chez eux.



Une pause bien agréable, dans l’attente d’un colis venant de France.

A l’intérieur de ce paquet, diverses choses nécessaires et d’autres qui le sont moins, notamment un saucisson, des chocolats... et un kilo de semoule ! Bizarre ? Pas tant que ça quand on sait que c’est introuvable au Mexique – alors du taboulé ou un couscous, imaginez… – cela commençait à nous manquer sérieusement, surtout avec cette chanson que nous avons retrouvée sur Internet. Entêtant...


« Qu’est-ce qui vous manque le plus ? »
Nous répondons différemment d’il y a quelques mois. Au début, nous étions en manque de vrai pain, de vrai beurre, de chocolat sans cannelle. Nos priorités ont changé pour aller notamment vers de la semoule !

Hélas, le colis est bloqué en douane sine die car il faut fournir des autorisations sanitaires pour des médicaments (de l’homéopathie !) et la nourriture contenus dans le carton. Dix jours pour obtenir les autorisations et environ 4000 pesos de frais de douane divers (soit quelques 200 euros) – pour un colis dont la valeur totale n’excède pas 50 euros… Et après les Français se plaignent de payer beaucoup de taxes !

Si nous refusons le colis, DHL le renverra en France à nos frais ( !) et le même problème se posera à l’arrivée, les douanes françaises demandant les autorisations sanitaires liées à nos médicaments et à de la nourriture… française !

Rapporté au poids du colis, cela fait un prix de revient du kilo de semoule TREEES élevé…


Malgré ce léger casse-tête, nous n’oublions pas que cela faisait dimanche dernier très exactement cinq mois que nous avons quitté la France. Nous fêtions dignement cet événement en mangeant des quesadillas à Lagunilla. Le même endroit, les mêmes amis qu’à notre arrivée. Nous avons entre temps parcouru quelques kilomètres et appris bien des mots espagnols !

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 21:43

Hier, départ de Veracruz, très joli port donnant sur le Golfe du Mexique. Anciennement ceinte de remparts et protégée des pirates par des baluartes ou forts, cette ville est aujourd’hui le plus grand port commercial du Mexique.


La ville s’est étendue au point d’avaler les localités voisines et ne restent du système défensif initial que peu d’éléments, dont le baluarte de Santiago, aux murs et sols ponctués de corail.


    

Initialement, nous ne comptions nous arrêter que peu de temps à Veracruz : visite du centre et de son aquarium, le plus grand d’Amérique latine. Heureusement notre hôte a su nous faire sentir bien plus de la ville et de ses environs. Merci à Rodrigo d’avoir partagé avec tant de générosité ses passions !


Pour les curieux et intéressés, l’aquarium s’est révélé assez décevant : la part belle est donnée aux poissons et aux grosses méchantes bêtes – vous avez compris, je parle des requins.
Quelques coraux moribonds dans un petit aquarium et trois espèces de méduses sont les seules originalités.

Le plus contrariant : la conception même de l’aquarium qui est plus un parc d’attraction qu’un lieu de connaissance et de sensibilisation à une vie sous-marine variée... A croire que les petites bêtes sont moins vendeuses que les grosses.

A ranger dans les expériences positives de la ville, nous avons pu admirer le danzón, danse de couple très élégante ; j’ai pris quelques cours de salsa… et nous avons appris beaucoup de choses sur les cultures préhispaniques.

Ainsi, si les escaliers des pyramides – qu’il faut d’ailleurs appeler téocal(l)i – sont si étroits, c’est qu’il faut les grimper de biais, marque de respect ; ou encore que le panthéon des "Indiens" était plus certainement composée d’énergies que de dieux.

Nous avons également pu visiter deux sites préhispaniques très intéressants, au nord de la ville :

Quiahuitzlan, un cimetière au pied d’un piton rocheux et donnant sur la mer.
Que Tulum reste aux touristes et laisse aux autres ce très beau site à la vue imprenable !



De nombreux temples miniatures dispersés sous les frondaisons, quelques téoticalis et un jeu de pelote au sein d'une nature paisible.


Zempoala, cité construite de galets – et à l’époque recouverte de stucs aux reflets dorés et argentés.

La légende raconte que c’est au pied de Quiahuitzlan que les Espagnols débarquèrent et initièrent la Conquista. En apercevant Zempoala et ses bâtisses si brillantes, les cavaliers pensèrent avoir finalement découvert le fameux eldorado aux rues pavées de métaux précieux.


La cité en elle-même ne présente pas d’élément original particulier, mais notre guide – toujours Rodrigo – nous a emmenés à travers les champs de cannes à sucre pour découvrir d’autres constructions, non encore restaurées et aux stucs paradoxalement mieux conservés que sur le site visitable.



Cette petite promenade a pris des parfums d’aventure, avec d’innombrables fragments de céramiques affleurant sur les sentiers.

De superbes souvenirs !

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 23:23
Aujourd’hui, 4 novembre, départ de San Cristobal de las Casas pour la petite ville de Chiapa de Corzo, à un peu moins d’une heure de là.

Cette halte nous permet de découvrir l’une des 7 merveilles du Mexique, le cañon del Sumidero.


    

La rivière de Grijalva serpente entre des parois rocheuses qui s’élèvent jusque 1000 mètres – vous avez bien lu : 1km de haut ! – au-dessus du cours de l’eau et qui se déroulent sur plus de 30 kilomètres de long.



Il faut également ajouter que c’est une autre merveille, cette fois-ci technique, qui permet de naviguer aujourd’hui dans un tel site : un barrage d’une hauteur de 250 m de haut…

Au fond de ces gorges coulait jadis une rivière non navigable, qui devait tomber de cascade en cascade pour atteindre l’emplacement actuel du barrage. L’une des sept merveilles du Mexique aujourd’hui… mais au prix de quelques transformations…

L’eau paraît un peu boueuse et agitée ; les crocodiles prennent la température extérieure, la gueule ouverte sur les rives ; les hérons fleurissent les arbres ; et surtout, une merveille géologique appelée l’Arbol de Navidad…


Des sortes d’éventails de pierre moussue, qui s’étagent comme les branches d’un arbre de Noël.


Sa cime est perdue dans la brume d’une petite cascade et l’eau ruisselle parmi les différentes plantes accrochées à ses parois.


L’une des plus belles choses jamais vues dans ma vie…


A Chiapa de Corzo, une mignonne place centrale où se tient une fontaine assez extraordinaire, toute en briques.


Egalement une ruine, elle aussi en briques, portait jadis la foi jusqu’aux hauteurs de la ville.



 Notre exploration des hôtels toujours moins chers nous mène à côté de la posada Lenin.


Au Mexique, très souvent des noms de boutiques, d’hôtels ou de jardins d’enfants un peu… engagés…
Florilège : Jardin de niños Fidelidad por Veracruz (l’actuel gouverneur de cet état s’appellant comme par hasard Fidel…) ; chaîne de magasins San Francisco de Asis ; boutique de quartier Martir de la Cruz

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 01:32

Après la visite du cimetière de San Juan de Chamula le premier novembre, aujourd’hui, différent mais non moins exotique, visite de celui de San Cristobal de las Casas.


J’ai toujours entendu le Père de Marion dire qu’en Amérique latine, pour le dia de los muertos, les gens pique-niquaient dans les cimetières. Effectivement, pas de plus grande vérité, sauf qu’ici, au Mexique, ils font la fête deux jours de suite, les premier et deux novembre !


Ils viennent, famille au complet, avec table, chaises, barbecue… et bien sûr bières, tequila, whisky… pour passer la journée, manger, boire, chanter… Bilan : la plupart des hommes, jeunes et moins jeunes, finissent la journée complètement borrachos. Pour accompagner le casse-croûte, des groupes de Mariachis – vous savez, ces gros moustachus, habillés en tenues moulantes, qui pleurent sur leur guitare… – vous proposent leurs services contre une piécette (50 pesos la chanson = 2,50 Euros ).

Trouvez Charlie…


Allez, je vous aide !


Je pense – et oui ça m’arrive – que vous êtes tous déjà allés à une fête foraine, et bien l’ambiance générale est tout à fait similaire. La preuve, à l’extérieur du cimetière sont présents nombre de stands qui vendent churros, pâtisseries aux couleurs surnaturelles et bien sûr tacos en tous genres.


Partager cet article

Repost0

Qui sommes-nous ?