Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 00:15

Medellin, seconde ville de Colombie et berceau de Fernando Botero.

Botero... Vous savez, ces femmes et ces hommes charnus, aux yeux figés d'un poisson se demandant bouche bée comment il est arrivé sur un étal de poissonier ; ma réaction face à un Botero : rejet immédiat et épidermique.

Pas de chance, la ville est généreusement dotée de sculptures et toiles : plusieurs salles au Museo de Antioquia et une place ponctuée de courbes humaines et animalières.

C_Medellin_Botero_01.jpg
Il faut bien traverser cette place et... première impression favorable ! Les sculptures s'intègrent très bien à l'espace public. La patine et les rondeurs m'évoquent un Maillol et les proportions pour le moins gigantesques des sujets s'accordent très bien avec leur fonction monumentale...

Dans le musée, impression confirmée, même Etienne est séduit !... Après tout, pourquoi rejeter le gros quand le maigre d'un Giacometti plaît ?

C_Medellin_Botero_09.jpg
C_Medellin_Botero_02.jpg
Les peintures me font ensuite revenir à ma première impression : les toiles, gigantesques, semblent des caricatures grotesques de toiles ou de thèmes célèbres, comme le portrait de Susanna Fourment d'après Rubens ou encore ceux de Marie-Antoinette et de Louis XVI...

C Medellin Botero 03
C_Medellin_Botero_05.jpg
Très peu de natures mortes, pas de paysages et toujours ces yeux exorbités, des représentations hiératiques et frontales. Pas facile de se laisser apprivoiser tant d'austérité formelle surtout lorsqu'on est déjà effrayé par le "style Botero" ! Quand même une scène de corrida semble figée !

C_Medellin_Botero_08.jpg
Et puis cette toile : Mujer en la ventana (crayon, aquarelle et pastel, 1996)...

C_Medellin_Botero_06.jpg
Le délicat rosé des fesses attire mon attention et met en évidence tout le travail de l'artiste. On résume Botero à un excès de courbes mais chaque toile - surtout en de tels formats - représente du travail et du savoir-faire. Convertie par une paire de fesses !

C_Medellin_Botero_07.jpg
Et puis une autre toile, de petites dimensions : Muerte de Pablo Escobar (HST, 1999).

C_Medellin_Botero_10.jpg
Tout est là : l'instant est figé, Escobar, frontal, est remplumé par Botero. Comme toujours peu d'expression, Escobar semble dormir. Le rendu est naïf, la palette harmonieuse et la technique académique. Et j'ai envie d'emporter le tableau avec moi... Bravo Botero !

Partager cet article

Repost0
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 23:04

Hier, arrivée à Mompox, ville coloniale écrasée par le soleil. Quelques heures de route sur des chemins poussiéreux et une courte traversée du Rio Magdalena en barge pour atteindre cette ville oubliée quelque part dans le temps...

C Mompox 05
Sous la chaleur de midi, ce dimanche, les rares êtres vivants se regroupent sur les rives de la Magdalena, autour d'une boisson fraîche - et de baffles surpuissants.

C Mompox 04
Les rues désertes semblent figées depuis des décennies, la peinture écaillée et pour seule concession aux temps modernes : la laideur des fils électriques...

C Mompox 01
C Mompox 12
C Mompox 02
C Mompox 08
C Mompox 03
Les fenêtres entr'ouvertes nous permettent de découvrir de très belles cours ou des intérieurs de boutiques très rétro !

C Mompox 09
C Mompox 10

 

C Mompox 06     C Mompox 07

Partager cet article

Repost0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 23:04

Pas de nouvelles, bonnes nouvelles ! Un mois en Amérique centrale qu’il nous reste à vous raconter et déjà presque un mois en Colombie… merveilleusement rempli grâce à Emmanuel et Berta Lucia !

Avant-hier, visite du village de Nabusimake, haut lieu spirituel pour les Indiens aruhacos...

C Nabusimake 07
Avec les Koguis et les Arsarios, les Indiens aruhacos possèdent la plus grande partie des terres de la Sierra Nevada et sont isolés du monde extérieur. Une fois les portes de cette "réserve" franchies, il nous faudra plus d'une heure sur des chemins crevassés et poussiéreux pour atteindre le village.

C_Nabusimake_08.jpg
La route semée de hameaux et les paysages sans limites laissent vite penser que la réserve n'est pas de ce côté-ci de la barrière... La vraie vie c'est ici !

C Nabusimake 02
C Nabusimake 01
Pour les Aruhacos, Nabusimake EST le centre de l'univers. Un lieu chargé d'énergie. Pour nous, un endroit tranquille où il fait bon vivre. Les touristes sont accueillis avec gentillesse mais doivent être accompagnés pour passer dans l'enceinte du village.

C Nabusimake 06
C Nabusimake 04
Ce village est presque désert lorsque les différentes tribus ne s'y réunissent pas et il nous semble être dans un album d'Astérix et Obélix...

C Nabusimake 03
C Nabusimake 05

Partager cet article

Repost0

Qui sommes-nous ?