Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 22:53

Nous sommes de petits veinards ! Nous découvrons la perliculture dans LA première ferme perlicole de Polynésie française. C’est cette ferme, qui, dès 1968, initia la culture « industrielle » – ou plutôt « systématisée » – de la perle noire en Polynésie, contribuant ainsi à sa promotion au niveau international.

 

Dans les années 80, au plus fort de la magie de la perle noire, le gouvernement tahitien a largement subventionné cette activité. Beaucoup de personnes se sont donc lancées dans l’aventure, mais les nouveaux perliculteurs ont récolté trop tôt et vendu des produits de moindre qualité. Les prix ont chuté devant une telle offre et la qualité inférieure a entaché la réputation de Tahiti.

 

 Aujourd’hui, ce secteur est moribond, entre la concurrence asiatique et le faible rapport Charges / Prix de vente qu'autorisent les cours actuels des perles... "Notre" ferme perlière a eu au meilleur de sa forme une trentaine d’ouvriers – aujourd’hui, 3 personnes à mi-temps… et la dernière récolte avant fermeture de l’établissement. Quel dommage de voir un tel patrimoine disparaître !

 

Manihi_Recolte_Perle.jpg

 

 

Pour donner une idée de ce que représente la culture de perles, il faut imaginer qu’à chaque étape, du collectage des nacres à la greffe puis la récolte, beaucoup d'entre elles meurent – prédateurs, maladies... ; les greffes peuvent ne pas prendre, les nacres ne produisant donc rien – au mieux des keshis (ou petites perles naturelles)...

 

A la récolte, les perles rondes représentent environ 15% de la production, les perles rondes sans défaut formant un tout petit pourcentage de ces 15%...

 

Manihi_Recolte_Perles_1.jpg

 

 

Le travail de récolte pur (hors entretien des lignes où sont accrochées les nacres à différentes étapes de leur vie / entretien de la ferme / etc.) est également titanesque.

 

Voici quelques photos qui vous donneront une idée rapide du travail à la ferme... (pardonnez les qualité / netteté / etc. plus que médiocres des photos : initialement, nous comptions vous montrer un film mais la connexion Internet disponible nous a ammené à revoir nos ambitions à la baisse ! Ci-dessous les photos du film !!! Nous aurons de meilleurs clichés à vous proposer en janvier :-)

 

Les nacres sont "récupérées" par des collecteurs lorsqu'elles sont encore au stade larvaire et non fixées. Au cours de leur développement, elles bénéficient de peelings reguliers (voir plus loin) puis sont greffées et placées dans des "kangourous" tels que vous pouvez voir sur la photo ci-dessous. C'est sur ces sortes de cadres que les nacres vont prendre le temps de fabriquer de belles perles !

 

Manihi Recolte 01

 

 

Au cours de la dernière session de travail, nous avons sorti, par jour, entre 100 et 170 de ces kangourous. Chacun de ces cadres porte environ 9 ou 10 nacres encore vivantes à la récolte.

 

Manihi Recolte 03

  

Manihi Recolte 05

 

Chacune de ces 170 x 10 nacres (=1700) est ensuite grattée sur ses deux côtés afin d’ôter tous les petits coquillages qui y ont élu domicile : le kangourou est passé au "kärcher" puis les nacres bénéficient d'un petit peeling au hachoir !

 

Manihi Recolte 07

 

Manihi Recolte 08

 

Manihi Recolte 10

 

Avant / Après !

 

Manihi Recolte 09     Manihi Recolte 11

 

 

Les nacres sont ouvertes afin d'extraire l'éventuelle perle, qui s'est développée à l'intérieur des gonades (organes reproducteurs) de la nacre. Regardez bien la seconde photo ci-dessous, l'extraction est musclée !

 

Manihi Recolte 12

 

Manihi Recolte 13

 

Manihi Recolte 14

 

 

Début / Fin d'une journée de récolte...

 

Manihi Recolte 15       Manihi Recolte 16

 

Manihi Recolte 17

 

 

Le muscle, ou korori, est également récupéré pour la consommation. C'est un mets très recherché...

 

Manihi Recolte 18

 

 ... Reste encore à ôter toute la chair des deux coquilles, à laver ces dernières et à les mettre à sécher au soleil (ci-dessous). Et oui, les coquilles seront elles-aussi vendues pour notamment devenir bijoux ou boutons...

 

Manihi Recolte 20

 

Un vrai travail de fourmis ET de titans !

Partager cet article

Repost0

commentaires

siratus 27/02/2012 14:32

Pas étonnant que la culture des perles en Asie (je connais bien, aux Philippines) ait supplanté celle-ci. La méthode est différente, sans toutes ces pertes !
Bien amicalement à vous deux. Gros bisous et bonnes bulles.

Tidoo 25/12/2010 21:52


Et pendant ce temps-là, ici, il neige. Encore.
Vous voulez nous envoyer une bonbonne de soleil ?


Qui sommes-nous ?