Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 17:03

Effectivement, nous ne sommes pas très réguliers dans nos nouvelles. Nous avons quitté la capitale et les connexions Internet se font plus rares au fur et à mesure que les villages rétrécissent…

Et notre emploi du temps est plus que chargé. Jugez plutôt…

- Lever en fonction de nos hôtes mais tôt afin de profiter des visites sans chaleur ni foule. Pour cette dernière, entre nous soit dit, ce n’est jamais vraiment un problème ;
- Site précolombien, musée ou centre historique le matin ;
- Déjeuner vers 15h ;
- Visites l’après-midi puis retrouvailles avec nos hôtes en fin de journée ;
- Repas, un p’tit verre et au dodo….

Au dodo ?… si seulement ! Etienne boit du vin, du pulque (sève du mangey, un cactus de la famille des agaves, fermentée et éventuellement parfumée avec toutes sortes de fruits) ; accepte de jouer les prolongations à 1h du matin, après une soirée déjà bien remplie ! Et c’est lui qui me pousse du lit le matin ! A croire qu’Etienne a été changé dans l’avion…

 

 Sur la place Garibaldi, à Mexico DF, avec Liliana et Juan
(la photo est floue mais votre dévouée paparazzi n'a pu faire mieux...)


Vous comprendrez donc qu’après tout cela, l’enthousiasme des scribouillards soit émoussé…



Maintenant, Patzcuaro...

Nous venons de quitter Patzcuaro, petit village de l’état du Michoacan, réputé pour son centre très bien conservé et son lac aux îles très touristiques. Merci d’ailleurs à Paulo qui nous a trouvé une chambre d’hôtel sur la place principale de Patzcuaro du jour au lendemain !

 



Ce village ne vole pas sa réputation avec ses bâtisses aux murs de torchis peints en rouge et blanc. Toutes les enseignes sont peintes en lettres noires au-dessus des portes du même rouge que les murs. C’est superbe. Et les toits s’avancent sur la rue, procurant un abri salutaire lorsqu’il pleut le soir.


    

Beaucoup de bel artisanat et un mercado très appétissant. Entre les stands de fruits exotiques, les femmes indiennes proposent des figures de paille ou des textiles tissés et brodés main.

Dans la rue, plus de combis que de voitures. On n’attend jamais longtemps pour rejoindre la gare routière ou se rendre au lac. Mais lorsqu’il pleut violemment, pas d’abri bus pour se protéger des gouttes !


Nous avons soigneusement évité de nous rendre sur les îles du lac, hauts lieux touristiques. Nous avons plutôt multiplié les points de vue de la terre ferme et apprécié la campagne environnante.


    


    


Etienne a vu son premier cratère de volcan après plus de 390 marches ! Mais ce que nous avons vu, était-ce vraiment le cratère ?...
(je vous donne un indice : non ! c'était une carrière. C'est fou le charme que l'on trouve à une carrière lorsqu'on croit que c'est un cratère...)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Qui sommes-nous ?