Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 23:32

La Polynésie est vraiment un pays de couleurs...

Comme vous le savez, j'ai rejoint le club des amateurs de couchers de soleil pendant notre séjour à Manihi... Ces trois dernières semaines sur catamaran nous ont régulièrement mis aux premières loges de spectacles de toute splendeur...

 

Voici une petite leçon de couleurs ci-dessous - j'en ai profité pour alimenter l'album photo Couleurs et Motifs de notre site, accessible à droite de cette page...

Tahiti 09

 

Tahiti 08

 

C'est promis, ce sont les vraies couleurs !... ce qui m'a amenée tout naturellement et très directement à devenir fan des chemises tahitiennes : finalement, ce n'est pas kitsch du tout ! Ce sont des paysages retranscrits sur textile...

Mais - pour être tout à fait honnête - je ne suis pas sûre de vouloir voir Etienne habillé avec l'une de ces chemises !!!

Partager cet article

Repost0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 21:59

Et oui, l'Ile de Pâques dépend du Chili et monnaie donc ses denrées en pesos chilien... A titre de comparaison, 1 euro vaut environ 680 pesos - et un litre de lait U.H.T. vaut... 1200 pesos ! Les joies de la vie insulaire...

 

... Mais à quoi ressemble la monnaie chilienne ?

Les billets proposent au choix design rétro ou nouvelle génération au papier indéchirable (souvenez-vous, j'ai essayé au Mexique !...) et avec incrustations de filigranes plastiques transparents. Grand luxe !

 

Ile Paques Monnaie 05     Ile Paques Monnaie 03

 

Les pièces me donnent envie de les transformer en boutons originaux d'une veste faite maison...

 

Ile Paques Monnaie 01

Ile Paques Monnaie 02

 

Comme en Polynésie française, tout coûte cher ! Le seul billet d'entrée à acheter, donnant droit d'accès à deux des sites majeurs de Rapa Nui coûte la bagatelle de 30 000 pesos, soit rien moins que 40 euros par personne ; une plongée 40 000 pesos... sans oublier la nourriture qui transforme un paquet de pâtes en repas de fête !

Partager cet article

Repost0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 04:23

Nous renouons avec la vie moderne et citadine de Papeete - Internet !!! - après trois semaines passées à bord du catamaran Oa Oa. La découverte des Iles de la Société, de Tahiti à Raiatea, et surtout des dégradés de turquoise incroyables.

Moorea, Huahine, Tahaa ou Bora Bora... Croyez-nous, la réputation de ces îles n'est pas surfaite ! Merci à Cristina et Noël d'avoir organisé cette escapade nautique...

Bora 01 

Voici une petite sélection des paysages des côtes nord puis est de Tahiti et de sa presqu'île, Tahiti Iti. Très luxuriant, très sauvage et des couleurs à couper le souffle...

 

Les maisons se serrent entre le rivage et les montagnes acérées. J'habiterais volontiers le petit point jaune au centre de cette photo ! Vous ne voyez pas bien ? Je vous aide !

Tahiti 03
Tahiti_07.jpg  

Une route côtière s'étiole, devient une piste avant de disparaître, avalée par la nature à l'est de Tahiti Iti.

Tahiti 06

 

Malgré l'isolement, les églises ponctuent très régulièrement la côte de leurs clochers...

Tahiti 01

 

Les habitants se déplacent en pirogues ou en bateau à moteur et les enfants prennent une navette... maritime pour rentrer de l'école.

Tahiti 02

 

La vie s'organise autour de l'eau : le soir au mouillage, notre bateau est le témoin d'entrainements de va'a (les pirogues à balancier polynésiennes), de parties de pêche ou bien des jeux des enfants sur les plages de sable noir.

Tahiti 04


Paradisiaque !

Partager cet article

Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 21:14

Polynésie française, Ile de Pâques... Destinations de rêve, aux mythes bien ancrés dans notre imaginaire...

Pour Tahiti, ce sont les vahinés, les cocotiers et les lagons turquoise ; pour Rapa Nui, l'Ile de Pâques, ce sont ses moais hiératiques contemplant les étoiles et la disparition soudaine d'une civilisation fascinante...

 

Plutôt décontract', vos apprentis reporter se sont présentés sur Rapa Nui sans rien savoir de son histoire ni de ses coutumes. Nous savions que la langue officielle était l'espagnol et qu'il y avait au moins une banque avec distributeur de devises : amplement suffisant...

Premier contact avec l'île et... les premiers moais nous laissent froids ! Beaucoup de cailloux, des statues érodées et abîmées et quelques chevaux pour seule compagnie... Nous nous attendions tout de même à être frappés par la force émanant de ces statues ! Monumentales certes ; impressionnantes, non...

 

Ile_Paques_Tahai_02.jpg

  

A contre-jour, les moais prennent soudain un tour plus dramatique... Point de vue largement relayé par les documentaires et reportages photo... Cette île si mystérieuse ne serait-elle qu'une vision fantasmée de la véritable Rapa Nui ?

 

Ile_Paques_Tahai_03.jpg

 

Encore une fois, à notre arrivée, nous ne connaissions rien à cette culture et les rares panneaux explicatifs sont tellement blanchis par le soleil qu'il est impossible d'en extraire une quelconque information...

Imaginez-vous sur des sites archéologiques (ici, Tahai, au nord de la "ville" d'Hanga Roa) et rien pour vous guider ! Nous sommes dans le "plus grand musée à ciel ouvert du monde", Patrimoine mondial UNESCO : que fait le ministère du Tourisme chilien ? C'est l'un des vrais mystères de l'île !

 

Ile_Paques_Tahai_04.jpg 

Ile_Paques_Tahai_01.jpg

    

Partager cet article

Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 20:00

Je suis devenue accro aux couchers de soleil à Manihi... A croire que dans les plats pays comme celui-ci, les paysages sont à chercher dans le ciel...

 

Pour une fois, laissons les photos parler d'elles-mêmes pour expliquer ma récente conversion...

Vue sur la ferme perlière depuis notre bungalow...

Manihi-02.jpg

 

Manihi 3

 

Manihi 9

 

... côté atoll, le Soleil joue à cache-cache avec les nuages...

Manihi 10

 

Manihi 8

 

Manihi-11.jpg

 

J'aime autant vous dire que je ne rate pas un coucher de soleil !

Partager cet article

Repost0
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 03:38

Non, nous ne sommes pas morts ni devenus fénéants ! Nous rentrons tout juste d'un séjour bien agréable sur l'Ile de Pâques - un séjour équipés du minimum... et donc sans notre ordinateur...

 

A venir quelques articles sur cette île enchanteresse, mais voici déjà quelques photos pour vous donner envie !  

Au programme de notre séjour :
- des moais, bien sûr,

Ile Paques Hanga Kio E 

Ile Paques Hanga Vare Vare 

Ile Paques Tongariki

 

- des paysages superbes,

Ile Paques Orongo 

Ile Paques 01 

Ile Paques Akahanga 

 

- quelques leçons de japonais - et surtout de très belles rencontres...

Ile Paques Rencontre Ryu

 

et pour finir, dix jours de festivités lors du Tapati !

Ile Paques Tapati 01 

M-E_3.jpg

 

A suivre !

Partager cet article

Repost0
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 00:27

Je vous ai déjà parlé de mon émerveillement devant les couleurs des bénitiers éparpillés un peu partout sur les fonds de quelques mètres.

A marée basse, j’ai fait récolte de couleurs autour de notre bungalow… Des verts, des bleus turquoise ou outremer, des marrons…

  

Manihi Benitier 09

  Manihi Benitier 04

  

Manihi Benitier 05

 

Manihi Benitier 03

 

Manihi Benitier 07

  

Des effets de matières également : vinyle...

 

Manihi Benitier 10

 

Manihi Benitier 06

 

 

ou bien grenu… Tiens, tiens : l’occasion de se renseigner un peu sur l’organisation du bénitier (ou tridacne)

 

Manihi Benitier 08

   

Ces sortes de granules qui fleurissent sur le manteau du bénitier sont en réalité des iridophores ou organes hyalins (vous aurez du succès au Scrabble avec cet adjectif !)

 

Peu d'informations précises sur Wikipedia – et par suite sur la majorité des sites évoquant les bénitiers...

D'autres sites présentent les iridophores comme des cellules photosensibles. A la fois le système d’alarme des bénitiers, sensible aux variations de lumière et aux ombres menaçantes... et un conducteur des rayons lumineux.

Leur voisinage est donc propice au développement par photosynthèse de certaines algues microscopiques, les zooxanthelles. Une vraie relation de symbiose : les algues bénéficient d'un milieu propice pendant que le bénitier se nourrit des déchets de la photosynthèse. Sans oublier l'aspect esthétique de cette collaboration : les belles teintes du bénitier, permises par l’abondance de zooxanthelles très colorées !

 

Je ne résiste pas au plaisir de vous recommander ce site, très complet et aux photos incroyables !

  

Il faut enfin souligner que cette espèce est très recherchée pour sa coquille et pour sa chair. Elle est en voie de disparition et donc protégée. Cela n'empêche pas les "locaux" d'en consommer régulièrement crus, lorsque les bénitiers ont atteint une taille honorable (soit la largueur d’une main)… Les Faranis (ou Français) comparent la texture de la chair à du pneu ! Hummm, ça donne envie...

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 22:53

Nous sommes de petits veinards ! Nous découvrons la perliculture dans LA première ferme perlicole de Polynésie française. C’est cette ferme, qui, dès 1968, initia la culture « industrielle » – ou plutôt « systématisée » – de la perle noire en Polynésie, contribuant ainsi à sa promotion au niveau international.

 

Dans les années 80, au plus fort de la magie de la perle noire, le gouvernement tahitien a largement subventionné cette activité. Beaucoup de personnes se sont donc lancées dans l’aventure, mais les nouveaux perliculteurs ont récolté trop tôt et vendu des produits de moindre qualité. Les prix ont chuté devant une telle offre et la qualité inférieure a entaché la réputation de Tahiti.

 

 Aujourd’hui, ce secteur est moribond, entre la concurrence asiatique et le faible rapport Charges / Prix de vente qu'autorisent les cours actuels des perles... "Notre" ferme perlière a eu au meilleur de sa forme une trentaine d’ouvriers – aujourd’hui, 3 personnes à mi-temps… et la dernière récolte avant fermeture de l’établissement. Quel dommage de voir un tel patrimoine disparaître !

 

Manihi_Recolte_Perle.jpg

 

 

Pour donner une idée de ce que représente la culture de perles, il faut imaginer qu’à chaque étape, du collectage des nacres à la greffe puis la récolte, beaucoup d'entre elles meurent – prédateurs, maladies... ; les greffes peuvent ne pas prendre, les nacres ne produisant donc rien – au mieux des keshis (ou petites perles naturelles)...

 

A la récolte, les perles rondes représentent environ 15% de la production, les perles rondes sans défaut formant un tout petit pourcentage de ces 15%...

 

Manihi_Recolte_Perles_1.jpg

 

 

Le travail de récolte pur (hors entretien des lignes où sont accrochées les nacres à différentes étapes de leur vie / entretien de la ferme / etc.) est également titanesque.

 

Voici quelques photos qui vous donneront une idée rapide du travail à la ferme... (pardonnez les qualité / netteté / etc. plus que médiocres des photos : initialement, nous comptions vous montrer un film mais la connexion Internet disponible nous a ammené à revoir nos ambitions à la baisse ! Ci-dessous les photos du film !!! Nous aurons de meilleurs clichés à vous proposer en janvier :-)

 

Les nacres sont "récupérées" par des collecteurs lorsqu'elles sont encore au stade larvaire et non fixées. Au cours de leur développement, elles bénéficient de peelings reguliers (voir plus loin) puis sont greffées et placées dans des "kangourous" tels que vous pouvez voir sur la photo ci-dessous. C'est sur ces sortes de cadres que les nacres vont prendre le temps de fabriquer de belles perles !

 

Manihi Recolte 01

 

 

Au cours de la dernière session de travail, nous avons sorti, par jour, entre 100 et 170 de ces kangourous. Chacun de ces cadres porte environ 9 ou 10 nacres encore vivantes à la récolte.

 

Manihi Recolte 03

  

Manihi Recolte 05

 

Chacune de ces 170 x 10 nacres (=1700) est ensuite grattée sur ses deux côtés afin d’ôter tous les petits coquillages qui y ont élu domicile : le kangourou est passé au "kärcher" puis les nacres bénéficient d'un petit peeling au hachoir !

 

Manihi Recolte 07

 

Manihi Recolte 08

 

Manihi Recolte 10

 

Avant / Après !

 

Manihi Recolte 09     Manihi Recolte 11

 

 

Les nacres sont ouvertes afin d'extraire l'éventuelle perle, qui s'est développée à l'intérieur des gonades (organes reproducteurs) de la nacre. Regardez bien la seconde photo ci-dessous, l'extraction est musclée !

 

Manihi Recolte 12

 

Manihi Recolte 13

 

Manihi Recolte 14

 

 

Début / Fin d'une journée de récolte...

 

Manihi Recolte 15       Manihi Recolte 16

 

Manihi Recolte 17

 

 

Le muscle, ou korori, est également récupéré pour la consommation. C'est un mets très recherché...

 

Manihi Recolte 18

 

 ... Reste encore à ôter toute la chair des deux coquilles, à laver ces dernières et à les mettre à sécher au soleil (ci-dessous). Et oui, les coquilles seront elles-aussi vendues pour notamment devenir bijoux ou boutons...

 

Manihi Recolte 20

 

Un vrai travail de fourmis ET de titans !

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 06:01

Déjà quelques nuits dans notre nouveau chez nous, un très joli bungalow sur pilotis, les pieds fichés sur une langue de corail, à l’intérieur de l’atoll de Manihi.

Manihi 5
Petite private joke… François, le Cousin d’Etienne, proposait de nous laisser sur cette patate de corail pendant toute la durée de notre séjour avec pour seul équipement une ligne et un hameçon...

Même pas peur, même si nous logeons en réalité dans l’un des bungalows à l’arrière-plan de la photo ci-dessous.

Manihi 6

Voici tout notre univers : la ferme perlière au premier plan et sur la ligne d'horizon, notre chez-nous accolé au peu de terre qui constitue Manihi.

Des cocotiers, des débris de corail à tous les stades d’effritement et beaucoup de poissons, petits – notre garde manger – et gros – une équipe de nettoyage très impressionnante…
 


L’eau est aussi notre principal centre de loisirs avec sa vie très colorée…
Aux premières places de notre hit, des bénitiers très colorés...

Manihi Benitier
... des nudibranches à gogo (les petites bêbêtes préférées d'Etienne sont présentées ici par Wikipedia)... 
 

Manihi_Nudibranche_3.jpg

 
... et des poissons très Haute Couture (en attendant des photos "maison", voici mes favoris : les poissons Baliste Picasso)… Un vrai paradis !

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 09:21

Nous voici arrivés à Papeete plus de 36 heures après notre départ de France. Les fog londonien et bruxellois ont joué les éléments perturbateurs mais nous laissent tout de même une impression de porte à porte agréable et relativement rapide. A Bruxelles, nous partons d’une franche rigolade lorsqu’une femme sort ses jumelles pour lire un panneau d’affichage, une tête au-dessus d’elle – ce s’rait pas un peu belge, une fois ?

 

En attendant notre correspondance jusque Manihi, mes pas m’emportent sous un auvent, où deux marchandes de fleurs esseulées attendent le chaland. La première, après une question polie sur l’heure de mon arrivée, me tend ces trois colliers de fleurs au parfum entêtant. Cadeau de bienvenue...

  Papeete Marion     Papeete Etienne

Les douze heures de décalage horaire ne se font pas encore sentir…  Frais comme la rosée ! (surtout les fleurs, soyons honnêtes…)

Partager cet article

Repost0

Qui sommes-nous ?